Catégories
Non classé

Prévention des changements de couleur des bois exotiques

Dans mes jeunes années de travail du bois, plus naïves et plus optimistes, j’ai été immédiatement attiré par les couleurs intenses du padouk, du bois de sang et du violet, comme beaucoup d’entre nous. J’imaginais des créations colorées que je pourrais réaliser et qui dureraient des années. Bien que j’aie lu de nombreux rapports indiquant que la couleur de ces bois exotiques ne durait pas – et devenait même brun foncé – je savais que les règles de l’univers ne s’appliquaient pas à moi, et que d’une manière ou d’une autre, je battrais le système.

J’ai donc créé des créations incroyablement colorées avec des bois exotiques, et vous savez quoi ? Elles étaient fantastiques.
Et encore une fois, dans mon état habituel d’illusion, je pensais que ces couleurs dureraient pour toujours. Il le fallait. Elles étaient si belles. Cela faisait déjà… trois semaines entières, et aucun changement de couleur notable ne s’était produit, alors qu’est-ce que d’autres ravages du temps pourraient faire à mes créations en bois ? Il s’avère qu’il y en a eu beaucoup.

Vous menez une bataille perdue d’avance

Je me souviens avoir montré à quelqu’un une section d’ivoire rose sur un projet que j’avais terminé il y a plusieurs années, et lui avoir dit : « Regarde, c’est de l’ivoire rose. C’est incroyable, n’est-ce pas ? » La personne, avec une réponse impartiale (et non impressionnée) a dit froidement, « mais, c’est brun… » Et puis ça m’a frappé. Cet ivoire rose était rose à un moment donné, mais la couleur s’était atténuée si progressivement qu’à mes yeux délirants, elle semblait encore rose, alors qu’en vérité, elle était devenue un marron laid.

Voici mon point de vue sur la couleur du bois : chaque morceau de bois a une couleur « fraîchement coupé », et aussi une couleur « installée ». Oui, la plupart des bois ont tendance à devenir plus sombres avec le temps, mais ce n’est pas sans limites : c’est-à-dire que tous les bois ne continuent pas à devenir de plus en plus sombres jusqu’à ce qu’ils deviennent complètement noirs, ils finissent par s’arrêter à une certaine teinte/nuance ; c’est ce que j’appellerai la couleur « installée » d’un bois.
Le problème est que nous ne pouvons voir que la couleur initiale du bois, et nous n’avons aucune idée de l’endroit où la couleur du bois s’installera. Imaginez à quel point vous achèteriez et utiliseriez les bois différemment si vous pouviez seulement voir la couleur finale du bois !

Maintenant, nous pouvons jouer à des jeux et faire certaines choses pour ralentir cette progression (voir les conseils ci-dessous), mais il faut se rendre compte que vous ne faites que ralentir l’inévitable. Le bois est en train de s’oxyder et de changer de couleur, et il le fera plus tôt, ou plus tard, mais cela se produira quand même.

Faire face à la réalité

Voici quelques aperçus et perspectives à prendre en considération concernant les couleurs du bois :
Une façon presque infaillible d’empêcher les changements de couleur des bois est de sceller hermétiquement votre projet dans une voûte sombre. Alors, allez-y et rangez-le dans un endroit où personne ne pourra jamais l’apprécier, et le tour est joué ! (Veuillez excuser mon sarcasme, mais je n’ai pas pu résister).
Vous pouvez adopter une mentalité du type « c’était amusant tant que ça durait ». Il y a de fortes chances que la plupart des créations en bois donnent le plus de plaisir pendant les premières semaines ou les premiers mois de leur possession, après quoi les gens prennent les choses pour acquises.
Si vous êtes du type de personnalité qui est très ennuyé par ce genre de choses (vous voulez faire des objets de famille qui durent des générations), alors apprenez à utiliser des bois qui s’améliorent avec l’âge (comme le cerisier, l’acajou, le chêne, etc.) et le temps sera de votre côté !
Utilisez des bois présentant des motifs de grain intéressants pour avoir une sorte d’intérêt visuel sur lequel vous pourrez vous rabattre une fois la couleur passée (c’est le talon d’Achille de Purpleheart, qui présente généralement des motifs de grain très fades).
Si vous devez absolument avoir une certaine couleur pop sur votre prochain projet, utilisez des colorants. Je n’insisterai jamais assez sur ce point. Certains érables frisés teints ou matelassés ont l’air hors du commun, et vous pouvez adapter la couleur exactement comme vous le souhaitez, et ce, à condition d’utiliser des teintures de qualité résistantes à la lumière, comme TransTint).
Ne vous faites pas d’illusions. Ce n’est vraiment qu’une question de temps. Comme tant d’autres choses dans la vie, vous n’êtes pas une exception à la règle. Cependant, si vous êtes déjà en plein milieu d’un projet et que vous voulez en tirer le meilleur parti, consultez les conseils ci-dessous.
Érable piqué (teint en bleu)L’érable piqué (teint en bleu)Les teintures donnent les meilleures chances d’obtenir des couleurs durables et éclatantes

Conseils pour prolonger un peu le délire…

Veillez à utiliser plusieurs couches de finition pour bloquer autant d’air/vapeur que possible. Des études ont montré que plus on utilise de couches de finition, moins le bois est affecté par les changements d’humidité. L’utilisation d’une simple finition à l’huile ou d’une cire en pâte n’offre que très peu de résistance pour le bois ; vous voulez une finition filmogène.
Protégez le bois de la lumière directe du soleil et évitez de le placer dans des endroits très lumineux. (La lumière UV a tendance à modifier la couleur de certains bois).
Comme précaution supplémentaire, vous pouvez utiliser un vernis pour longerons de qualité extérieure avec des inhibiteurs d’UV.
Si vous essayez de conserver la couleur d’un bois clair, comme l’érable ou le houx, utilisez une finition à base d’eau ou une finition qui ne jaunit pas avec le temps.

Vous êtes un aspirant geek du bois ?

L’affiche intitulée « Les bois dans le monde, classés par dureté » doit être obligatoirement lue par toute personne inscrite à l’école des bûcherons. J’ai rassemblé plus de 500 essences de bois sur une seule affiche, réparties en huit grandes régions géographiques, chaque bois étant trié et classé selon sa dureté Janka. Chaque bois a été méticuleusement documenté et photographié, répertorié avec sa valeur de dureté Janka (en lbf) et classé selon sa dureté géographique et mondiale. Considérez ceci : le vénérable chêne rouge (Quercus rubra) n’occupe que le 33e rang en Amérique du Nord et le 278e rang mondial pour la dureté ! Les aspirants à la carrière d’expert en bois sont conseillés : votre programme d’études pourrait faire appel à Atelier Grégoire dans le cadre de votre prochaine mission !

Classement de la résistance à la décoloration du bois (1 – 5) Notes

ROUGE
Bloodwood 2 Donne un brun rougeâtre très profond, presque noir.
Chakte kok 1 Devient rapidement brun, mais ne fonce pas.
Jarrah 2 La couleur initiale n’est pas tout à fait rouge, et la couleur fixe n’est pas très bonne non plus.
Tulipwood 3 Les couleurs se désaturent et se déplacent vers le brun, mais maintiennent le contraste.
Cocobolo 2 Les couleurs peuvent s’assombrir jusqu’à presque noir, parfois le contraste est maintenu.

ORANGE
Padauk 2 Tourne au brun rougeâtre très profond (les morceaux plus clairs deviennent gris brunâtre).
Bois du Brésil 3 La couleur initiale n’est pas toujours très bonne, mais conserve un peu mieux les couleurs.
Chakte viga 3 La couleur initiale n’est pas toujours très bonne, mais elle conserve un peu mieux les couleurs.
Buckthorn 3 La couleur initiale est orange rosâtre, avec un léger décalage vers le brun.
Canarywood 3 Les couleurs ont tendance à se désaturer vers des nuances de marron, tout en conservant des contrastes.

JAUNE
Osage orange 1 Changements drastiques vers le brun foncé inévitables.
Tatajuba 1 Pas très bonne couleur au début, pas très bonne couleur à la fin.
Yellowheart 4 Conserve assez bien sa couleur, bien qu’un certain brunissement se produise.

VERT
Lignum vitae 2 Les morceaux plus foncés peuvent devenir presque noirs.
Verawood 4 Conserve bien la couleur olive, peut en fait augmenter sa coloration avec le temps.
Sumac 3 Les couleurs se désaturent pour devenir brun olive plus neutre.
Pistache 3 Les couleurs se désaturent pour donner un brun olive plus neutre.

BLEU
Blue mahoe 3 Ce bois n’est pas bleu, c’est un gris froid au mieux. Les teintures donnent un vrai bleu.

VIOLET
Purpleheart 2 Donne une bonne course pendant un certain temps, mais tourne inévitablement au brun/noir.
Bois de rose 1 Ce bois est le pire. Coûteux, en voie de disparition, et devient vraiment noir.
Katalox 3 Déjà presque noir, il est plus adapté au noir qu’au violet.
Bois de rose 3 Ce bois commence par un violet rougeâtre, puis devient marron/noir. Conserve les contrastes.

ROSE
Rose ivoire 1 Brunit rapidement, mais ne fonce pas.
Myrte de Tasmanie 3 La couleur initiale n’est pas la meilleure, mais ne se déplace que légèrement vers le marron.
Box elder 2 Une grande partie de la couleur s’estompe vers le marron.

NOIR
Ébène africain 5 Commence noir, reste noir.
Wenge 3 Commence très sombre, peut en fait s’éclaircir avec le temps.
Panga panga 3 Commence très sombre, peut s’éclaircir avec le temps.
Blackwood africain 5 Commence à être noir, reste noir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *